There are alterna(rra)tives !

Faire document en commun pour défaire l’histoire comme une

 

 

La fabrique du commun  
Centre Georges Pompidou – 8 décembre 2017 © kom.post

 

Ce texte[1] questionne ce que l’on entend par « document » et surtout ce que l’on vise en usant de telle ou telle manière du document au théâtre. Loin de proposer une théorie du théâtre documentaire ou une bonne définition du document, qui supposeraient une expertise de ma part sur leurs usages, il s’agit de présenter quelques exemples « situés » et qui me mettent aussi en situation, puisque j’ai une certaine pratique du document dans mon travail.

Dans chacun des trois champs au sein desquels j’évolue – la philosophie, l’engagement sur différents terrains de lutte et la dramaturgie –, ce que je souhaite ouvrir, ce sont moins des issues que des questions et ce non par amour (un peu prétentieux) de la complexification, mais plutôt dans l’idée de remettre en partage les composantes des complexités propres aux problèmes donnés et de reprend